Les passages couverts de Bordeaux : un parcours HBEO

 Dans Activités

Édifiés pour la majorité au 19ème siècle, les passages couverts percés au milieu des immeubles et surmontés de verrières, constituent une curiosité architecturale typique de Paris et de plusieurs grandes villes de France. La majorité abrite des boutiques, des salons de thé ou des restaurants. Paris en compte une vingtaine, Nantes, Lyon et Nancy en possèdent aussi.

Bordeaux en a deux, magnifiques, que nous vous invitons à découvrir. Situés à deux pas de votre hôtel, le Best Western Premier Bordeaux Hôtel Bayonne Etche-Ona, vous pourrez vous y rendre très facilement à pied.

LE PASSAGE SARGET

En sortant de l’hôtel, remontez le cours de l’Intendance vers votre droite. Le passage Sarget se trouve à 50 mètres, sur le même trottoir, au n°19Il a été construit en 1833, financé par le négociant et armateur bordelais Jean-Auguste Sarget. Il est resté privé jusqu’en 1878, date à laquelle il a été ouvert au public. Il a été emprunté par des rois, des chefs d’État parmi lesquels Louis XIII, Louis XIV, Marie et Catherine de Médicis, le général de Gaulle et la reine Elizabeth IIIl est dominé par une verrière, et sa façade principale comporte trois niveaux et cinq travées. Il aboutit à la place du Chapelet et, si vous poursuivez, vous trouverez sur votre gauche, l’église Notre-Dame puis la Cour Mably qui méritent toutes les deux une visite.

 

LA GALERIE BORDELAISE

Parcours sur les passages secret Bordeaux

Revenez cours de l’Intendance en empruntant le passage Sarget ou la rue Martignac, puis descendez jusqu’à la place de la Comédie. Admirez au passage la magnifique façade de l’Opéra, aussi appelé le Grand Théâtre de Bordeaux, et empruntez sur votre droite la rue Sainte Catherine, la plus longue rue commerçante piétonne d’Europe (1250 m). Au n° 12, vous trouverez l’entrée de la Galerie Bordelaise. C’est un passage couvert en diagonale qui relie l’angle formé par les rues Sainte Catherine et Saint Rémi, et celui formé par les rues de la Maison-Daurade et des Piliers-de-Tutelle.

La Galerie Bordelaise a été réalisée en 1833 par l’architecte Durand pour quatre riches négociants sud-américains : le marquis de la Torre et MM. Gimet, de Yrigoyen et Cavaillet, venus s’installer à Bordeaux après avoir fui la guerre d’indépendance du Mexique. La Galerie Bordelaise s’est d’abord appelée “la Galerie de la Torre”, du nom de Ramona de la Torre, l’une des femmes les plus riches de Bordeaux au 19ème siècle. Elle hérite de la fortune de ses parents à leur mort et épouse Manuel José de Yrigoyen. Elle finance la construction du pont de Langon et celle de la Galerie. À l’origine, il devait y avoir deux rues couvertes construites en X, mais une seule diagonale a été réalisée. Ce fut le premier édifice bordelais à posséder un dispositif contre l’incendie. La Galerie Bordelaise a été inscrite à l’inventaire des Monuments Historiques en 1975. Elle a été rénovée en 2015-2016.

Elle est privée, mais le passage est ouvert au public. Une superbe verrière fait entrer le soleil et met en valeur les ors et rouges des façades des boutiques. Des statues, des miroirs, des cornes d’abondance et des colonnes de marbre surmontées de décorations polychromes font un écrin remarquable aux boutiques qui s’y sont installées.

Recommended Posts