Montaigne et Bordeaux

 Dans Activités

Montaigne et Bordeaux 

Un simple coup d’oeil au plan de Bordeaux suffit à comprendre la gratitude des bordelais envers cet illustre citoyen : une université et un lycée portent d’ailleurs son nom. Pourtant, Michel Eyquem n’est pas né à Bordeaux, mais au château de Saint-Michel de Montaigne en Dordogne, le 28 février 1533. Son père, Pierre Eyquem, riche négociant bordelais qui fut anobli (Seigneur de Montaigne) et élu maire de Bordeaux, le place en nourrice. Il souhaite ainsi l’habituer “à la plus humble et à la plus ordinaire façon de vivre”.

De retour au château, son père lui donne une éducation selon les principes humanistes : un enfant doit étudier sans contraintes. Il apprend le latin et pour que cet apprentissage soit “en contexte”, donc naturel, parents et serviteurs ne doivent s’adresser à lui qu’en latin, dans la mesure des capacités de chacun. A 6 ans, il entre au collège de Guyenne de Bordeaux et découvre le plaisir de la lecture en lisant Ovide, Virgile, Térence et Plaute.

Le château de Montaigne 

chateau montaigne

crédit photo : site chateau Montaingne

Plus tard, il étudie la philosophie et le droit. Il obtient une charge de conseiller à la Cour des Aides de Périgueux, il y reprend également la charge de son père. Puis il entre au Parlement de Bordeaux et y reste pendant 13 ans. C’est là qu’il rencontre celui qui devait devenir son ami, Etienne de la Boétie, qui le forme au stoïcisme. Amitié merveilleuse mais de courte durée, car La Boétie meurt prématurément en 1563, ce qui affecte profondément Montaigne. Il écrira notamment dans ses Essais “Si on me presse de dire pourquoi je l’aimais, je sens que cela ne peut s’exprimer qu’en répondant : Parce que c’était lui, parce que c’était moi”.

Pour se distraire de cet immense chagrin, il accumule alors les aventures amoureuses, mais sans véritable passion. En 1563, il accepte de se marier et épouse Françoise de La Chassaigne, issue d’une bonne famille de parlementaires bordelais.

En 1568, à la mort de son père, il hérite de la fortune familiale. En 1570, il renonce à la magistrature et se retire dans son château où il commence à rédiger Les Essais. Il souffre de calculs urinaires et décide de voyager vers des lieux de cures en France (Eaux-Chaudes en vallée d’Ossau, puis Dax et Barbotan) et à l’étranger (Allemagne, Suisse, Italie). Il a toujours des activités politiques et devient deux fois maire de Bordeaux de 1581 à 1585. Il travaille aux Essais chaque fois que sa vie politique, militaire et diplomatique lui en laisse le loisir.

Il meurt en 1592 à l’âge de 59 ans. Il est inhumé à Bordeaux, à l’église des Feuillants.

Un an après son décès, sa femme fait faire un cénotaphe couvert par le gisant de Montaigne en armure, le heaume derrière la tête, un lion couché à ses pieds. Ce cénotaphe est transféré en 1886 dans le grand vestibule de la Faculté des Lettres de Bordeaux, devenue depuis Le Musée d’Aquitaine. Ses cendres sont enfouies dans les murs du sous-sol du Musée d’Aquitaine.

Dans Les Essais, il nous propose un art de vivre : être tolérant, refuser le fanatisme, goûter aux plaisirs de la vie en toute conscience, ne pas se prendre au sérieux, et surtout, rester libre. Et cette oeuvre est aussi, ne l’oublions pas, la première autobiographie : “Je suis moi-même la matière de mon livre”.

Pour partir sur les traces de Montaigne et Bordeaux :
https://www.pourmontaigne.fr/categorie/connaitre-montaigne/
https://www.pourmontaigne.fr/sur-les-pas-de-montaigne/
https://www.bordeaux-tourisme.com/offre/fiche/bordeaux-nocturne-balade-en-compagnie-de-montaigne/OP031AQU033V509RJ5

Actualité récente sur Michel de Montaigne à Bordeaux :
https://www.20minutes.fr/bordeaux/2373495-20181116-video-bordeaux-peut-etre-enfin-retrouve-cercueil-montaigne

Montaigne et Bordeaux

Recommended Posts